assunna annabaouiya

La Tombe du fondateur de Jama’at at-Tabligh à l’intérieur de leur Mosquée

Anigif 7photos

سم الله الرحمن الرحيم

Mohammed Ilyas al-Kendahlawi (mort en 1364H (1945)) est le fondateur de la Jamaat at-Tabligh. Il était un Deobandi, soufi, une personne de l’innovation qui a inventé cette nouvelle secte dans les années 1920. Les Tablighis le vénéraient tellement qu’ils ont mis sa tombe dans leur mosquée, Nizam ad-Din en Inde. Téléchargez ce PDF pour voir les images de sa tombe dans la mosquée: ici

Remarque: Il n’est pas permis d’utiliser la tombe du Prophète Mohammed (صلى الله عليه و سلم) comme  preuve pour montrer qu’une tombe peut être placée dans la Mosquée, pour les raisons suivantes:

1. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est mort dans l’appartement de Aicha (Radhi Allahou ‘anha) et il y a été enterré comme le prouvent les ahadith et le consensus des Savants anciens et contemporains. Plus tard, quand Abou Bakr et Omar (radhi Allahou ‘anhouma) sont morts, ils y ont été aussi enterré.

2. L’appartement de Aicha n’était pas, et n’est toujours pas considéré comme une partie du Masjid du Prophète à Médine. Ceux qui prétendent que les appartements des femmes du Prophète (صلى الله عليه و سلم) faisaient partie du Masjid sont trompés et ignorants. Le Prophète se coucha avec ses épouses dans ces logements et a fait ce que les couples mariés font, et cela n’est pas autorisé dans le Masjid.

3. Le Masjid du Prophète a ensuite été agrandi, et a encerclé l’appartement de Aïcha (radhi Allahou ‘anha) mais il n’a pas été considéré comme étant l’intérieur du Masjid, comme Ibn Al-Qayyim (d.752H) l’a mentionné dans son « Nooniyah », en outre détaillé par Sheikh al-Fawzan. Les Savants ont déclaré que les murs autour de son appartement sont une ligne de démarcation entre sa tombe et le Masjid.

Question:

J’ai voyagé en Inde et au Pakistan avec la Jama’at Tabligh, et nous nous sommes recueillis et avons priés dans des Mosquées qui avaient des tombes en leur sein. Et j’ai entendu dire que la prière dans une mosquée qui contient une tombe est invalidée; donc quelle est votre opinion en ce qui concerne mes prières et dois-je les refaire? Et quel est le jugement sur ​​le fait de sortir avec eux (Jama’at Tabligh) vers ces endroits?

 

Réponse de l’Imam Ibn Baz:

Au nom d’Allah, et toutes les louanges sont à Allah, ensuite;
Jama’at Tabligh n’ont pas avec eux la science perspicace dans les questions de ‘aqidah, donc il n’est pas permis de sortir avec eux, sauf pour celui qui a avec lui de la science et une Aqidah correcte, celle sur laquelle sont Ahlous Sounnah wal Jama’ah, pour qu’il les guide, les conseille et coopère avec eux sur le bien, car ils sont très actifs dans leur travail, mais ils ont besoin de plus de science, et (besoin de) ceux qui leur donneront la clairvoyance des savants du Tawhid et de la Sounnah. Puisse Allah accorder à toutes les personnes de comprendre la Religion et de rester ferme dessus. Quant à la prière dans des Mosquées qui contiennent une tombe en leur sein, cela n’est pas correct, et il est obligatoire de refaire ce que vous y avez prié en elles, en raison de la parole du Prophète(صلى الله عليه و سلم):

لعن الله اليهود والنصارى اتخذوا قبور أنبيائهم مساجد

« Que la malédiction d’Allah soit sur les juifs et les chrétiens, ils ont pris les tombes de leurs prophètes comme lieux de culte ».

Ainsi que sa (صلى الله عليه و سلم) parole:

ألا و إن من كان قبلكم كانوا يتخذون قبور أنبياهم وصالحيهم مساجد، ألا فلا تتخذوا القبور مساجد فإِني أنهاكم عن ذلك

« Ceux qui était là avant vous utilisent les tombes de leurs prophètes et des pieux comme lieux de culte, donc ne prenez pas les tombes comme lieux de culte, parce que, car je vous interdis cela.  » [Sahih Muslim]

Et les textes sur ce sujet sont nombreux.

Et le succès est auprès d’Allah, et que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur ​​notre Prophète Mohammad, sur sa famille et ses Compagnons.

مجموع فتاوى و مقالات متنوّعة, Volume.8, Page,331

comprendre la sounnah

http://www.sounnah-publication.com/2012/10/quelques-traductions-de-notre-frere.html

le mariage selon la sunna

Louanges à Celui qui vous a créés d’une seule âme, puis a créé d’elle son épouse pour qu’elle soit à ses côtés. Et j’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et que Muhammad est son serviteur et messager, que la prière d’Allah soit sur lui, sur sa famille et ses compagnons.

Allah a établi le mariage comme sunna afin de peupler l’univers, lorsqu’Il dit : « Parmi Ses signes est qu’Il a créé de vous-mêmes vos épouses afin que vous cohabitiez avec elles, et Il a mis entre vous affection et miséricorde, il y a en cela un signe pour un peuple qui réfléchit ». Celui qui trouve de quoi se marier, qu’il le fasse, par peur de la tentation et par obéissance au messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) qui a dit : « Ö vous les jeunes ! Celui d’entre vous qui le peut, qu’il se marie, cela est meilleur pour préserver son regard et son sexe. Et celui qui ne peut pas, qu’il jeûne, cela sera un bouclier pour lui. » (Al-Bukhari et Muslim). Que le croyant sache que la facilité pour se marier est entre les mains d’Allah, qu’il revienne vers son Seigneur, cherche l’aide auprès de Lui et s’empresse vers Lui, car il est authentifié que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Allah vient en aide à trois personnes : celui qui a une dette et veut la régler, celui qui veut se marier et celui qui combat dans le sentier d’Allah » (At-Tirmidhi et An-Nasa’i). Celui qui est décidé à se marier, qu’il consulte son Seigneur, afin qu’Allah lui prescrive le bien, s’Il le veut.

Il est rapporté dans la sunna du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) qu’il faut regarder la femme qu’on désire épouser, d’après Jabir, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Celui d’entre vous qui veut épouser une femme, s’il peut voir ce qui va pousser à l’épouser, qu’il le fasse » (Abû Dâwûd). Et Al-Mughira ibn Shu’ba rapporte : « Je me suis présenté pour épouser une femme. Le prophète m’a dit : « L’as-tu regardé ? » Je répondis : non. Il me dit : « Regarde-la, cela est meilleur pour vous unir » (An-Nasa’i). Celui qui veut se présenter pour épouser une femme, qu’il mette en avant certaines choses, parmi lesquelles : qu’elle soit pieuse, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « On épouse une femme pour quatre choses : son argent, sa famille, sa beauté ou sa religion. Mets la main sur celle qui a la religion, que tes mains te perdent ! » (Al-Bukhari et Muslim). ‘Abdullah ibn ‘Amr rapporte que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « La vie n’est qu’une jouissance passagère, et la meilleure des jouissances de cette vie est l’épouse pieuse » (Muslim).

Qu’il cherche une femme féconde, et il voit cela en regardant sa mère et ses sœurs, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Epousez la femme douce et féconde, car je veux être la communauté la plus nombreuse le Jour de la résurrection » (Abu Dawud et An-Nasa’i).

Ensuite, qu’il se présente à son tuteur, et le mariage n’est pas valide sans l’accord du tuteur, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Toute femme qui s’est mariée sans l’accord de son tuteur, alors son mariage est nul, nul, nul » (Abu Dawud). Et Son tuteur doit mettre en avant certaines choses, parmi lesquelles : qu’il choisisse pour elle celui qui réunit la rectitude (salâh) et la piété (taqwa), car (cet homme) s’il aime (cette femme), il lui fera du bien et s’il ne l’aime pas, il ne lui fera aucun mal, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Si vient à vous celui dont vous agréez la religion et le comportement, alors mariez-le, sinon il y aura des troubles et de la corruption sur terre » (At-Tirmidhi et ibn majah).

Et il ne faut pas que le tuteur demande trop de dot d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Fait partie du bonheur (bon signe) de la femme, la facilité dans sa situation et la faiblesse de sa dot » (Abu Dawud). ‘Umar a dit : « N’augmentez pas les dots des femmes, car si c’était un honneur sur terre ou un acte de piété devant à Allah, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) l’aurait fait avant vous, et le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) n’a pas donné à ses épouses, ni demandé pour se filles plus de 12 once, et l’homme ne cesse de dépenser (pour la dot) au point qu’il éprouve quelque chose en lui contre cette femme » (Rapporté par les quatre).

Le tuteur doit consulter sa fille, et il commet un péché s’il l’a contraient, d’après le hadith rapporté par ‘Aisha : « Une jeune fille est venu voir ‘Aisha et lui a dit : « Mon père m’a marié à mon cousin pour agrandir sa richesse, et moi je ne veux pas ». ‘Aisha lui dit de s’asseoir jusqu’à ce que vienne le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam). Lorsqu’il vint, ‘Aisha lui expliqua la situation et le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) appela le père de la fille afin de régler ce problème, et la jeune fille dit : « Ö messager d’Allah, j’accepte ce que mon père veut, mais j’ai voulu montrer que la femme a son mot à dire. » (An-Nasa’i). Et dans le hadith rapporté dans les deux Sahih, d’après Abu Hurayra, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « On ne marie pas la femme (qui a déjà été mariée) jusqu’à ce qu’elle l’ordonne, et on ne marie pas la vierge jusqu’à ce qu’elle accepte » les compagnons ont demandé : Comment accepte-t-elle ? Le prophète dit : « Par son silence ».

Lorsqu’il se présente pour demander sa main, il ne peut rester seul avec elle tant qu’ils n’ont pas fait le contrat de mariage, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Aucun homme ne reste seul avec une femme, sans que shaytan ne soit le troisième » (Ahmad).